Accéder au contenu principal

... Rues se coupant à angle droit..., Sara Vidal

Une nouvelle p'tite note invitée, celle de mon collègue Guillaume Atgé, libraire à L'atinoir, qui écrit lui-même sur Chroniques sur le vif et I drink aspartam et propose aujourd'hui la chronique de ... Rues se coupant à angle droit..., le dernier roman de Sara Vidal, paru en numérique aux éditions Appela Inc.

Sara Vidal ... Rues se coupant à angle droit...

... Rues se coupant à angle droit... est le dernier livre de l'écrivaine marseillaise Sara Vidal, enseignante retraitée, mais aussi intervenante dans le milieu associatif et culturel.

Comme son titre l'indique, c'est de rues, au pluriel, dont nous parle Sara Vidal, de rues marseillaises pour être précis, et plus exactement du quadrilatère que forment quatre rues se coupant à angle droit, rues Villeneuve, Lafayette, Jemmapes/Canonge et Gambetta, et de ce qu'il renferme comme existences, comme vies, comme trames souterraines inattendues et qui ne se dévoilent pas au premier coup d'œil.

Ce quadrilatère, avatar minuscule du quartier, abrite des personnages très variés, dont la narratrice, qui se souvient non sans nostalgie de ses 19 ans, mais aussi une tenancière de maison close qui aura pour surnom Canonge (comme une des rues), d'une foule de sans papiers, ou encore d'un maître d'école coranique aux visages multiples.

Ce polar urbain et poétique, classique dans sa forme et son style, dépeint avec brio ces vies anonymes, grâce à des sauts temporels dans l'histoire du quartier et celle des personnages.

... Rue se coupant à angle droit... mêle les thèmes de l'identité, de la sociologie des classes populaires, et une certaine critique du consumérisme et de la grande distribution qui imposent leurs standards aliénés et aliénants aux habitants – eux-mêmes aliénés aux identités trop rigides des institutions publiques –, à travers les cartes d'identité et autres extraits d'état civil.

Avec la perte des papiers d'identité de la narratrice justement, démarre une intrigue dont le dénouement surprendra le lecteur, dans la plus grande tradition des récits à suspense.

... Rues se coupant à angle droit... nous montre que derrières les apparences de bienséance et les devantures, se cachent mille vérités et mille masques pour ses habitants, dont la complexité réelle est bien moins carrée et rectiligne que n'ont voulu nous le faire croire les architectes de nos villes.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …