Accéder au contenu principal

Après le silence, Didier Castino

Et l'envie me reprend d'écrire pour ce blog. Pourquoi sur ce livre plutôt qu'un autre, je ne sais pas bien... Si ce n'est que je l'ai beaucoup aimé. Après le silence de Didier Castino (éditions Liana Levi) parle des dialogues qu'on entretient avec les morts, mais aussi des silences qui les entourent. Un roman qu'on aurait envie de mettre entre certaines mains. Mais ce serait peut-être difficile. Car il y a des livres vers lesquels il faut aller seul(e). Alors avec ce billet, je triche un peu, mais avec les meilleures intentions.

Après le silence de Didier Castino

Récit de la condition ouvrière

Dans Après le silence, un fils raconte la vie et la mort de son père, ouvrier aux Fonderies et Aciéries du Midi. Pour ce faire, il se glisse dans les mots qu'aurait pu prononcer ce dernier, emprunte sa voix pour décrire la condition ouvrière, « le long épuisement des corps donnés aux machines ». Le père, Louis Catella, a passé la majeure partie du temps qui lui était imparti sur terre à fabriquer d'énormes pièces d'acier. Il fut un homme aliéné par son travail. Et pourtant aussi un homme engagé, un délégué syndical aux croyances politiques assumées, puisqu'il était communiste. À la lecture du roman de Didier Castino, on comprend qu'en 68 les conditions de travail des ouvriers rendirent leur lutte nécessaire et urgente. Et que se forger une conscience politique consistait à essayer de faire bouger les lignes en s'appropriant un nouveau langage. Les mots du père nous disent tout ça, en s'adressant au fils, qui est son interlocuteur en même temps que son porte-voix.

Hiatus

Mais un jour, le père meurt dans un accident de travail à l'usine, comme fréquemment à l'époque. Pourtant, son récit continue. Il raconte le deuil des siens (le fils avait alors 7 ans), leurs réactions à sa mort, les figures paternelles qui l'ont remplacé. L’artifice narratif semble tenir… puis s’effondre comme un château de cartes. Les voix du père et du fils s'entrechoquent et finalement le fils reprend la parole. Un hiatus est apparu : ce sont les mots du fils qu'on a entendus, un ouvrier ne se serait pas exprimé ainsi. Le dialogue va continuer, mais le ton va changer.

Se confronter pour mieux s'émanciper

Le fils va reprendre en main la narration dans une double tentative d'émancipation. Tout d'abord pour sortir de « l'hommage unanime » porté par le récit familial et pour retrouver l'homme derrière la légende. Ensuite parce que les silences et les non-dits qui ont suivi la mort de son père ont forcé le petit garçon qu'il fut à combler le vide avec son imagination. De sorte qu'il a vécu auprès de cette figure tutélaire à laquelle il a longtemps pensé devoir rendre des comptes. Dans la deuxième partie d'Après le silence, le dialogue tourne à la confrontation. Le fils a besoin d'exprimer sa colère pour s'assurer que ce père "toujours-là-même-mort" ne réagira pas, qu'il est bien mort. Courageuse entreprise d'exorcisme... Nécessaire pour permettre au fils de rendre hommage à son père avec ses propres mots et d'accepter finalement plus sereinement d'être dépositaire d'un certain héritage culturel.  

À chacun sa place...

Après le silence est un roman qui questionne ce lien qui existe entre les morts et les vivants, le paradoxe de la présence dans l'absence. Y est dévoilée toute la charge fictionnelle que génère un deuil et de quel poids elle peut peser sur les êtres. Didier Castino a écrit un livre apaisant car raisonnable. Qui rend sa place à chacun et tient à distance la folie. C'est un livre précieux.

Commentaires

Vincent Laugier a dit…
Le thème de la mort présence, de son influence sur le présent d'un individu qui porte avec lui un passé, un mort qui le constitue est intéressant à voir dans cette interrogation qui se nourrit d'une représentation forcément fantasmée car l'autre disparut n'est pas celui qui reste aussi transparent peut-il se rendre dans son intention : les morts sont influents par notre imaginaire travaillé par eux...
Merci pour ta réaction Vincent. Je te recommande le livre, il aborde ces questions.

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …