Accéder au contenu principal

Cent titres, Clémentine Mélois

OVNI en vue ! Dans Cent titres, Clémentine Mélois s’est amusée à modifier légèrement le nom, le titre ou les images des couvertures d’origine des livres présentés (issue de la culture dite « savante »). La référence littéraire demeure, mais les nouvelles combinaisons visuelles ou associations phonétiques nous font faire un pas de côté vers une culture pop plus vaste (cinéma, télévision, musique, etc.). De savoureux petits textes font face à chaque couverture, dans lesquels Clémentine Mélois commente avec humour et ironie les nouveaux objets apparus, dans une approche décomplexée de la littérature. Une vraie gourmandise.



Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Kiosque, de Jean Rouaud [Au théâtre de la rue]

Kiosque est le cinquième livre d’une série intitulée par l’auteur « La Vie poétique ». Jean Rouaud y raconte sa vie de kiosquier, de 1983 à 1990, rue de Flandre, à Paris. À l’époque, ce travail lui permit de conserver du temps pour se consacrer à ses exercices d’aspirant écrivain.
C’est toute une galerie de personnages que nous dévoile l’écrivain, a posteriori. Dans ce petit théâtre que constituait le kiosque de la rue de Flandre, défilaient tout au long de la journée des clients sur lesquels Jean Rouaud pose un regard emprunt d’humanité : les désœuvrés Chirac et Norbert toujours soucieux de donner le change et de rendre service contre quelques pièces, les turfistes et joueurs invétérés à l’affût d’un bon tuyau, le président Ronchon ainsi surnommé en raison de son regard irrémédiablement pessimiste sur l’actualité, ainsi que nombre d’exilés politiques suivant à distance dans la presse les déboires de leurs concitoyens restés au pays. Un concentré d’humanité qui au fil du temps convainc…