Accéder au contenu principal

Panthère, Brecht Evens

La dernière bande dessinée de Brecht Evens : inquiétante, dérangeante et virtuose…

L’enfance vulnérable

On referme Panthère de Brecht Evens (Actes Sud) un peu secoué par ce qu’on vient de lire. Car la dernière BD du génial Néerlandais est d’un style très différent de sa précédente, Les Amateurs, que j’avais tant aimée. Ici, il est question de la vulnérabilité d’une petite fille, Christine, et de l’abus dont elle est victime. Le récit tout entier baigne dans une atmosphère pesante et inquiétante.

Au-delà du conte…

Brecht Evens a conçu sa bande dessinée comme un conte moderne et la panthère séductrice comme une sorte de double du loup du Petit Chaperon rouge. L’histoire est racontée du point de vue de la fillette, mais ce qu’on pourrait prendre pour un univers onirique inquiétant se révèlera plus proche de la réalité qu’on ne l’avait imaginé. À la différence d’un conte, Panthère dépasse la métaphore ; certains dessins sont d’ailleurs explicites et dérangeants.

Brecht Evens, auteur virtuose

Une bande dessinée qui suscite un certain malaise, mais dont le caractère très abouti – autant du point de vue de l’illustration que du procédé narratif – inspire forcément l’admiration. Notamment un des tableaux finaux où l’on déchiffre soudain l’histoire à la lumière d’une foule de petits détails. En résumé, c’est effrayant, mais virtuose…


Commentaires

Vincent Laugier a dit…
Je ne pense pas qu'on puisse rendre l'implication d'une telle situation mais autant cela est vrai, autant cette narration peut-être aidante, je crois...

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…