Accéder au contenu principal

La machine est ton seigneur et ton maître

J’ai découvert La machine est ton seigneur et ton maître (Agone, 2015) en allant écouter à l’Alcazar une conférence de Celia Izoard, traductrice et coauteur du livre. Grand bien m’en a pris.

La machine est ton seigneur et ton maître (Agone, 2015)
Paru dans la collection Cent mille signes "conçue pour redonner ses lettres de noblesse à la brochure, au livret"

Foxconn à Shenzhen, la ville-usine

Comme sa couverture l’indique, il est question dans La machine est ton seigneur et ton maître des conditions de travail et de vie des ouvriers des usines Foxconn, en Chine. Cette multinationale taïwanaise fabrique la moitié du matériel informatique consommé dans le monde. Elle emploie un million de personnes, dont 350 000 ouvriers sur le seul site de Shenzhen Longhua, où ces derniers travaillent 60 heures hebdomadaires, sont logés dans des dortoirs, réprimés, et asservis par le travail à la chaîne. Beaucoup connaissent probablement déjà Foxconn. Je dois avouer que j’ai découvert son existence avec le livre et depuis je me questionne sur son invisibilité et sur ce qui la rend possible.

L’ « iSlave » : témoignages et analyses

Le livre regroupe plusieurs types de textes et de points de vue : le témoignage anonyme de Yang, étudiant ouvrier ; le récit de l’expérience de Tian Yu, ouvrière migrante ayant réchappé d’une tentative de suicide, par une chercheuse en sciences sociales nommée Jenny Chan ; des poèmes de Xu Lizhi, travailleur migrant et poète, suicidé en 2014 ; et enfin un texte critique de Celia Izoard revenant sur le coût social de cette industrie et proposant une réflexion sur les mirages de la « robolution » et la direction prise par les recherches en informatique. L’ensemble a ceci d’intéressant qu’on y trouve à la fois de la littérature, donc de l’intime et du vécu, et des textes critiques, donc une analyse plus globale et experte.

Le Géant invisible

C’est la question de l’invisibilité d’un géant comme Foxconn qui m’a le plus surprise à la lecture de La machine est ton seigneur et ton maître. Deux choses l’expliquent, principalement : le déplacement de la production du matériel informatique en Chine, et la mythologie que nous vendent certaines entreprises californiennes (la figure du génie insupportable mais visionnaire, les promesses d’innovation, de créativité, de coolitude, etc.). Alors ce petit livre, c’est un peu la douche froide, évidemment.

Élargir son champ de vision

Une autre vertu du livre La machine est ton seigneur et ton maître est de briser la vision monolithique qu’on peut avoir de la Chine si on ne connaît pas bien le pays. On apprend que des chercheurs et des militants se battent, viennent en aide à des travailleurs et conquièrent certains droits ; que c’est la course à la croissance entre les différentes provinces du pays qui favorise la compromission des hommes politiques auprès des industriels ; que la majorité des ouvriers de Foxconn sont issus d’importants mouvements migratoires internes provenant des campagnes. En résumé, que ce pays forme une société avec laquelle on pourrait interagir différemment, car elle n’a pas pour seule vocation d’être employée dans « l’atelier du monde ».



Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.