Accéder au contenu principal

Kannjawou, Lyonel Trouillot

Le journal d'un jeune scribe haïtien consignant la vie de son quartier de Port-au-Prince, entre impuissances et désirs d'ailleurs et d'autrement.

La Chronique d’un quartier

Kannjawou de l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot (Actes Sud) est un roman conçu comme le journal de son narrateur. Ce jeune homme orphelin âgé de 23 ans y décrit la vie de la rue de l’Enterrement, à Port-au-Prince. S’y côtoient le « petit professeur », un érudit altruiste qui apporte des livres aux enfants du quartier ; ses amis d’enfance : les jolies sœurs Sophonie et Joëlle, la première travaillant pour financer les études de la seconde ; le caractériel Wodné, militant sectaire victime de sa peur de l’autre et de l’ailleurs, et enfin son grand-frère Popol. Autour de ce noyau évoluent une multitude de personnages qui se croisent, se rapprochent ou se défient... Kannjawou ressemble donc davantage à la chronique d’un quartier qu’à un journal intime. Le lecteur friand d’histoires pourrait craindre de s’ennuyer. Mais en réalité, dans ces trajectoires qui se mêlent et s’entremêlent, des collisions et des drames adviennent, des enjeux se dévoilent et des énergies se libèrent, qui font bel et bien de Kannjawou un roman.

Haïti, pays occupé...

Si les amis du narrateur se sont éloignés les uns des autres, c’est en partie car les rêves et les espoirs de leur enfance ont disparu depuis que des « forces d’Occupation » se sont approprié Haïti et le libre arbitre de son peuple. Lyonel Trouillot livre en effet avec Kannjawou un roman engagé, dénonçant l’absence de gouvernance à la tête de son pays et la place prise en conséquence par les institutions internationales et les ONG. Jamais ne sera évoqué le séisme de 2010, seulement cet état de fait : depuis, les Haïtiens ont été dépossédés de leur pouvoir d’action. Le contraste entre les couches populaires pauvres et les riches étrangers et bourgeois haïtiens se traduit géographiquement, puisque des frontières hermétiques cloisonnent les populations : « On n’entre pas à cinq dans l’autre moitié de la ville. C’est un chemin de solitude qui ne va pas sans trahison. » Kannjawou est d’ailleurs traversé par les passionnantes questions du cheminement et de l’itinéraire individuel et collectif. Mais le propos est âpre dans la description qui est faite des très rares échanges entre le « personnel civil de l’Occupation » et les Haïtiens (notamment au bar le « Kannjawou »), échanges décrits comme des erreurs d’aiguillages, voire des naufrages...

La voie des mots

Heureusement, des messages d’espoir affleurent. Il y a entre autres la sagesse populaire incarnée par le personnage de man Jeanne, qui encourage le narrateur à écrire et dispense ses bons conseils à chacun. Kannjawou est ainsi jalonné de réflexions philosophiques sur l’attitude à adopter face à l’adversité (le style est d’ailleurs parfois un peu affecté par ce registre didactique). Dans le roman, certains font le choix de partir ; mais d’autres, comme Sophonie et Wodné avec leur Centre culturel, réussissent à fédérer les énergies sur place. L’altruisme est donc une voie possible. La création en est une autre. C’est celle que choisit le narrateur, en réinventant dans les petites fictions qu’il écrit un monde plus heureux. En octroyant cette verve romanesque à son personnage, Lyonel Trouillot restitue ainsi sa légitimité et sa poésie à la parole haïtienne, tout en réaffirmant le pouvoir de la littérature.

Commentaires

Zart a dit…
ça semble vraiment intéressant, je vais regarder ça de plus près.
Merci pour la découverte. Bon dimanche Sophie.
Bonjour Souad, merci pour ton attention :) Oui, j'étais contente de découvrir enfin un morceau de l'œuvre de Lyonel Trouillot. Les beaux titres de ses romans me faisaient envie depuis longtemps !

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…