Accéder au contenu principal

L'atelier d'écriture À la recherche des passagers de la ville

Au théâtre de la Cité, on pouvait récemment assister à la restitution du travail de recherche et de création produit par les participants de l’atelier d’écriture « À la recherche des passagers de la ville » sous la houlette de Pierre Guéry (auteur et performeur) et Jérôme Gallician (des Archives départementales).

Les participants de l'atelier "À la recherche des passagers de la ville".

Écrire sur le dynamitage du quartier du Panier en 1943

Les participants ont enquêté sur les habitants du quartier du Panier, à Marseille, avant son dynamitage en janvier 1943 par les autorités françaises et l’armée allemande. Ce quartier populaire — qui accueillit successivement des générations d’immigrés — abritait environ 20 000 personnes qui furent déplacées à Fréjus, envoyées en prison, dans des hôpitaux psychiatriques et dans des camps de concentration (parmi elles de nombreux Juifs et réfugiés politiques en attente d’un visa pour l’Amérique).

Entre recherche documentaire et création poétique

Les archives départementales ont gardé la trace de certains de ces destins individuels brisés. L’idée de l’atelier est de s’approprier cette mémoire publique faite d’archives et de poser dessus une parole contemporaine, de recomposer le passé, en inventant ce qu’on ne sait pas à partir de ce que l’on sait. Tels des chercheurs, les participants de l’atelier ont manipulé et commenté des documents bruts, mais ils ont aussi arpenté le quartier et rencontré un historien et un anthropologue. Pierre Guéry, quant à lui, les a guidés sur le chemin de la création poétique, en leur proposant des consignes d’écriture s’appuyant sur leurs propres expériences et sur les archives. Lecture a été faite de beaux textes sur le thème du déménagement, ou de la reconstruction (réalisé à partir d’un caviardage sur un texte évoquant la reconstruction du quartier new-yorkais de Tribeca). Les participants ont également présenté les personnages auxquels ils avaient choisi de s’intéresser.

Ça continue à la rentrée

L’atelier — bimensuel — continuera à la rentrée, et de nouveaux participants sont attendus, la participation étant ouverte à tous et gratuite. Le champ des investigations pourrait être étendu ou approfondi, selon les propositions de chacun (dans le public, des remarques pertinentes ont notamment été formulées sur la prédominance du choix de profils de bandits plutôt que de réfugiés, ou encore sur le parallèle possible avec des déplacements de populations contemporains). L’objectif pourrait être de proposer une représentation publique sous la forme d’une balade urbaine sonore. Un projet passionnant, donc, où chacun est amené à participer à la construction d’une mémoire collective sur cet épisode dramatique de l’histoire de Marseille, qui marqua durablement les consciences.

Commentaires

Vincent Laugier a dit…
En référence sur les habitants d'avant on peut lire Banjo de Claude McKay qui restitue un vécu de l'auteur dans les année 1920 .

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …