Accéder au contenu principal

Super triste histoire d'amour, Gary Shteyngart

J'ai adoré Super Triste histoire d'amour (éditions de L'Olivier/Points), si bien que sitôt fini, j'ai acheté l'autobiographie de Gary Shteyngart récemment parue en poche, pour retrouver le style plein d'humour et d'intelligence de l'auteur.

Super triste histoire d'amour de Gary ShteyngartUne histoire d’amour dans un roman d’anticipation

Ce roman d'anticipation raconte l'histoire d'amour entre le vieillissant Lenny Abramov, fils d'immigrés russes juifs, « coordinateur de la prospective » aux Services post-humains de la Staatling-Wapachung Corporation (une entreprise new-yorkaise proposant l'immortalité à de très riches clients), et la belle et jeune Eunice Park, fille d'immigrés coréens catholiques, ayant abandonné ses études. Ils vont tomber amoureux et traverser de multiples épreuves. Le roman est composé en alternance de passages du journal de Lenny et de la correspondance d'Eunice. Procédé particulièrement efficace pour rendre compte du point de vue de chacun sur leur relation, et pour donner à lire, en creux, leurs histoires individuelles.

Et l’Amérique s’effondra...

Au-delà de l'intérêt romanesque lié à cette histoire d'amour, le roman de Gary Shteyngart réunit tous les ingrédients d'un bon roman d'anticipation : dans une Amérique chancelante, où le yuan a remplacé le dollar, il ne fait pas bon vieillir, être émotif ou encore s'intéresser aux livres — autant de défauts dont est affligé Lenny. À New-York, chacun est muni d'un äppärät, objet connecté permettant de scanner le profil de toute personne croisée et ainsi d'avoir accès à toutes les données la concernant. Des poteaux de Crédit affichent la situation financière des passants dans la rue, et la principale activité des citoyens consiste à consommer. Mais au cours d'un sanglant coup d'État orchestré par des pays étrangers, le régime autoritaire qui dirigeait d'une main de fer le pays va tomber, et avec lui les positions que les membres de la société à laquelle appartenait Lenny tenaient. C'est également ce que raconte le roman : ce basculement d'une époque à une autre, le sentiment de perte et de désorientation qui suit un épisode historique traumatique.

La question centrale de la mort

Au milieu de cette situation de plus en plus incertaine et chaotique, les personnages paraissent parfois empêtrés dans la passivité et l'impuissance. Pourtant, ils vont évoluer. Eunice, plutôt vers plus d'opportunisme, et Lenny plutôt vers plus de sagesse (dans les grandes lignes). Au début du roman, Lenny est obsédé par sa peur de mourir, son but est de maintenir sa position sociale afin de pouvoir s'offrir un traitement empêchant son corps de vieillir. Petit à petit il aspirera à autre chose, cheminant courageusement vers l'acceptation de sa condition de mortel.

Un savant mélange de critique et d'humour

Mais la vraie saveur de Super triste histoire d'amour réside dans l'humour qu'a insufflé l'auteur dans son roman. Lenny est maladroit, vieillissant, émotif, fragile, mais il ne se départit que rarement de son optimisme et de son sens de l'autodérision. Super triste histoire d'amour associe ainsi un véritable point de vue critique et visionnaire sur la société américaine à une trame romanesque plus légère. Un grand plaisir de lecture !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…