Accéder au contenu principal

La Végétarienne, Han Kang

Avec ce roman paru 2015 aux éditions Le Serpent à Plumes, l'écrivaine coréenne Han Kang nous livre un fascinant portrait de femme.

Lecture de La Végétarienne (Han Kang, auteure coréenne).
La littérature est sans conteste le lieu où peut se dire la folie, dans toute sa complexité. Dans La Végétarienne, le personnage de Yǒnghye décide de ne plus manger de viande, car elle rêve chaque nuit de visages ensanglantés. Petit à petit la jeune femme devient insomniaque et anorexique. Il y a chez elle un abandon, un rejet du monde dans lequel elle vit, mais aussi une résistance, une détermination, et un projet — intime, onirique — lié au végétal. Dans une belle écriture, parfaitement rythmée, au style net et ciselé, Han Kang nous raconte l’histoire de Yǒnghye successivement par les voix de son mari, de son beau-frère et de sa sœur. Les rapports que chacun entretient avec Yǒnghye sont de natures différentes : purement usuels et liés à la norme sociale pour le mari, érotiques et artistiques pour le beau-frère, liés à l’enfance et à l’imaginaire pour la sœur. Ainsi, l’empreinte laissée par Yǒnghye sur la réalité qui l’entoure étant relative, ne peut-on pas considérer que sa folie l’est aussi ? N’existe-t-il pas une étrangeté irréductible chez chacun ? Les raisons qui poussent le fou à renoncer à la réalité sont-elles illégitimes ? Quelle place occupe le rêve dans nos réalités quotidiennes ? Ce sont quelques-uns des leviers que Han Kang actionne pour interroger le rapport de la folie à la moralité, mais aussi à la soif d’absolu, à l’art, à la fiction et à l’imaginaire. Un très beau roman !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.