Accéder au contenu principal

La Végétarienne, Han Kang

Avec ce roman paru 2015 aux éditions Le Serpent à Plumes, l'écrivaine coréenne Han Kang nous livre un fascinant portrait de femme.

Lecture de La Végétarienne (Han Kang, auteure coréenne).
La littérature est sans conteste le lieu où peut se dire la folie, dans toute sa complexité. Dans La Végétarienne, le personnage de Yǒnghye décide de ne plus manger de viande, car elle rêve chaque nuit de visages ensanglantés. Petit à petit la jeune femme devient insomniaque et anorexique. Il y a chez elle un abandon, un rejet du monde dans lequel elle vit, mais aussi une résistance, une détermination, et un projet — intime, onirique — lié au végétal. Dans une belle écriture, parfaitement rythmée, au style net et ciselé, Han Kang nous raconte l’histoire de Yǒnghye successivement par les voix de son mari, de son beau-frère et de sa sœur. Les rapports que chacun entretient avec Yǒnghye sont de natures différentes : purement usuels et liés à la norme sociale pour le mari, érotiques et artistiques pour le beau-frère, liés à l’enfance et à l’imaginaire pour la sœur. Ainsi, l’empreinte laissée par Yǒnghye sur la réalité qui l’entoure étant relative, ne peut-on pas considérer que sa folie l’est aussi ? N’existe-t-il pas une étrangeté irréductible chez chacun ? Les raisons qui poussent le fou à renoncer à la réalité sont-elles illégitimes ? Quelle place occupe le rêve dans nos réalités quotidiennes ? Ce sont quelques-uns des leviers que Han Kang actionne pour interroger le rapport de la folie à la moralité, mais aussi à la soif d’absolu, à l’art, à la fiction et à l’imaginaire. Un très beau roman !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…