Accéder au contenu principal

Les Corrections, Jonathan Franzen

Les Corrections (éditions de L'Olivier, 2002) a constitué pour moi une inoubliable expérience de lecture. Et pourtant je dois avouer que le début a été un peu difficile, car Jonathan Franzen fait démarrer son histoire dans l’atmosphère étouffante de la maison d’Al et Enid Lambert, à Saint Jude, une grosse bourgade du Midwest. Leurs trois enfants adultes — Gary, Chad et Denise — ont tous émigré sur la côte Est et l’ennui et l’angoisse pèsent sur la vie du vieux couple. Un début sans concessions donc, où l’on fait connaissance avec le style incroyablement dense de Jonathan Franzen. Mais j’ai persévéré dans ma lecture et j’ai bien fait. 

Le roman Les Corrections de Jonathan Franzen paru à L'Olivier
La comédie humaine américaine

Dans Les Corrections, Jonathan Franzen dresse le portrait d’une famille typique des États-Unis du début des années 2000, où les questions de l’argent et de la réussite sociale sont centrales, où la morale et le puritanisme à l’œuvre maintiennent des frontières générationnelles quasi infranchissables. Une fresque familiale, donc, où les personnages cheminent dans des trajectoires individuelles : échec professionnel, changement d’orientation sexuelle, couple en crise, entrée douloureuse dans la sénilité... Jonathan Franzen, avec son incroyable talent de conteur, explore les recoins les plus intimes de la personnalité de chacun des membres de la famille Lambert, sans manichéisme, tout en nuances. De sorte que le lecteur s’identifie aux personnages, et même s’attache à eux, comme dans un roman de John Irving ou dans une série comme Six Feet Under, pour vous donner une idée.

De forte amplitude romanesque

Mais Jonathan Franzen, c’est aussi une incroyable intelligence qui lui permet de décrire très précisément certains phénomènes économiques ou scientifiques et donc de donner à son roman une solide trame réaliste sur laquelle tisser son histoire. On sourit aussi beaucoup en lisant Les Corrections, car Jonathan Franzen n’est pas avare de scènes burlesques et il aime placer ses personnages dans des positions particulièrement ironiques compte tenu de leurs croyances ou de leurs peurs. Mais le plus savoureux dans Les Corrections, c’est l’amplitude romanesque du récit, les échos du passé dans le présent, les influences du macrocosme sur le microcosme, c’est cet art de mêler les strates temporelles pour donner de la densité, de la profondeur, et — finalement — de la vie au roman.

Pour conclure, je dirais simplement que j’envie sincèrement les personnes qui n’ont pas encore lu ce livre.



Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…