Accéder au contenu principal

Les Corrections, Jonathan Franzen

Les Corrections (éditions de L'Olivier, 2002) a constitué pour moi une inoubliable expérience de lecture. Et pourtant je dois avouer que le début a été un peu difficile, car Jonathan Franzen fait démarrer son histoire dans l’atmosphère étouffante de la maison d’Al et Enid Lambert, à Saint Jude, une grosse bourgade du Midwest. Leurs trois enfants adultes — Gary, Chad et Denise — ont tous émigré sur la côte Est et l’ennui et l’angoisse pèsent sur la vie du vieux couple. Un début sans concessions donc, où l’on fait connaissance avec le style incroyablement dense de Jonathan Franzen. Mais j’ai persévéré dans ma lecture et j’ai bien fait. 

Le roman Les Corrections de Jonathan Franzen paru à L'Olivier
La comédie humaine américaine

Dans Les Corrections, Jonathan Franzen dresse le portrait d’une famille typique des États-Unis du début des années 2000, où les questions de l’argent et de la réussite sociale sont centrales, où la morale et le puritanisme à l’œuvre maintiennent des frontières générationnelles quasi infranchissables. Une fresque familiale, donc, où les personnages cheminent dans des trajectoires individuelles : échec professionnel, changement d’orientation sexuelle, couple en crise, entrée douloureuse dans la sénilité... Jonathan Franzen, avec son incroyable talent de conteur, explore les recoins les plus intimes de la personnalité de chacun des membres de la famille Lambert, sans manichéisme, tout en nuances. De sorte que le lecteur s’identifie aux personnages, et même s’attache à eux, comme dans un roman de John Irving ou dans une série comme Six Feet Under, pour vous donner une idée.

De forte amplitude romanesque

Mais Jonathan Franzen, c’est aussi une incroyable intelligence qui lui permet de décrire très précisément certains phénomènes économiques ou scientifiques et donc de donner à son roman une solide trame réaliste sur laquelle tisser son histoire. On sourit aussi beaucoup en lisant Les Corrections, car Jonathan Franzen n’est pas avare de scènes burlesques et il aime placer ses personnages dans des positions particulièrement ironiques compte tenu de leurs croyances ou de leurs peurs. Mais le plus savoureux dans Les Corrections, c’est l’amplitude romanesque du récit, les échos du passé dans le présent, les influences du macrocosme sur le microcosme, c’est cet art de mêler les strates temporelles pour donner de la densité, de la profondeur, et — finalement — de la vie au roman.

Pour conclure, je dirais simplement que j’envie sincèrement les personnes qui n’ont pas encore lu ce livre.



Commentaires

Articles les plus consultés du mois

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

Capitaine, d'Adrien Bosc [Récit d'un exil collectif]

Où nous est racontée la suite de l’épisode marseillais de la villa Air-Bel dans laquelle s'étaient réfugiés les surréalistes pendant la Deuxième Guerre mondiale…

Dans Capitaine, Adrien Bosc fait le récit de l’exil, en mars 1941, de plusieurs artistes et intellectuels français et étrangers en Amérique. Au départ de Marseille, ils embarquèrent sur le même cargo, le Capitaine Paul Lemerle. Parmi eux : André Breton, Anna Seghers, Claude Lévi-Strauss, Victor Serge, Wifredo Lam, Germaine Krull... Puis en Martique, à Port-au-Prince, où le bateau finit par arriver, l’écrivain nous raconte la rencontre de Breton avec Suzanne et Aimé Césaire...

Capitaine se situe quelque part entre le roman, l’enquête, le journal... L’auteur avance à tâtons dans cette période noire de notre histoire, questionnant les documents, supposant des rapprochements entre les individus, imaginant ce que furent ces journées jusqu’ici jamais racontées.

Un livre qui décrit bien l’arbitraire qui régnait alors. Chaque réfug…