Accéder au contenu principal

Un après-midi un peu couvert, Philippe Squarzoni

Je ne me souvenais plus de l’histoire d’Un après-midi un peu couvert de Philippe Squarzoni, alors je l’ai relue. La fin est vraiment bien, elle fait oublier le début qui l’est moins. Ça raconte l’histoire d’un jeune mec, parisien, qui va retrouver sur une île sa copine ornithologue. Donc il est venu lui rendre visite, mais pas de chance, elle a des réunions avec d’autres gars autorisés pour les oiseaux, et pas trop de temps pour lui. Pas grave, notre gars part vadrouiller à droite à gauche, à la rencontre des Indiens du coin. C’est la partie qui m’a le moins plu : les touristes y sont décrits comme des envahisseurs, les autochtones comme des taiseux vivant en vase clos, qui, suite à un fait divers particulièrement glauque, se regardent tous en chiens de faïence et ça rigole pas beaucoup dans les chaumières. Tous ces récits de malheurs et ces silences font écho chez notre gars, et on comprend petit à petit qu'il fait face, lui aussi, à une grosse contrariété. Mais tout seul il n'arrive pas trop, ou ne veut pas trop savoir le pourquoi du comment. Alors c’est là que la bonne partie commence et que la fée clochette arrive. Je n'en dirai pas plus. Juste que ça parle de l'importance des belles rencontres et de ce qu’on peut commencer quand on laisse ce qui finit derrière soi. En résumé, si les clichés sur les îliens ne vous hérissent pas trop le poil, vous pourriez aimer cette variation sur le thème de Peter Pan. 


Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …