Accéder au contenu principal

Être ici est une splendeur, Marie Darrieussecq

À la lecture d’Être ici est une splendeur, ce récit de la vie de Paula Modersohn-Becker par Marie Darrieussecq (éditions POL), on regrette de ne pas avoir vu l’exposition qui lui a été consacrée cette année au musée d’Art moderne de Paris. L’auteure  a en effet écrit ce texte alors qu’elle participait à son organisation. L’exposition finie, il reste ce livre, une magnifique introduction à l’œuvre de la peintre allemande.

Donner à voir et restituer une présence

Être ici est une splendeur est le titre emprunté par Marie Darrieussecq à Rainer Maria Rilke pour intituler ce très beau texte dont l’auteure a souhaité qu’il restitue à Paula M. Becker une présence : « J’ai écrit cette biographie (…) parce que cette femme que je n’ai pas connue me manque. Parce que j’aurais voulu qu’elle vive. Je veux montrer ses tableaux. Dire sa vie. Je veux lui rendre d’être là, la splendeur. » Morte en 1907 à l’âge de 31 ans des suites de son premier accouchement, la peintre est peu connue en France. Injustice à laquelle Marie Darrieussecq a voulu remédier. En s’appuyant sur son journal et sur sa correspondance, elle a reconstitué le fil de sa vie de femme artiste du début du XXe siècle. Partagée entre sa vie dans la campagne allemande (dans la colonie d’artistes de Worpswede) et l’effervescence du quartier de Montparnasse à Paris, entre la vie conjugale (auprès du peintre Otto Modersohn) et son travail de peintre, Paula M. Becker a pourtant réussi à accomplir une œuvre importante, à laquelle on reconnaît aujourd’hui toute sa valeur.

La condition de la femme artiste en 1900

Marie Darrieussecq procède chronologiquement, simplement, tout en insérant sa propre voix dans le récit pour expliquer sa démarche, son intérêt, sa propre expérience de la vie d’artiste et de mère. L’angle est en partie historique, si bien qu’on mesure le fossé qui sépare leurs conditions respectives. Car en 1900, lorsque Paula M. Becker arrive à Paris, elle fait partie des toutes premières femmes à pouvoir suivre des cours d’anatomie à l’École des Beaux Arts qui a ouvert en 1900 aux filles, ou à pouvoir peindre des modèles nus. L’auteur nous raconte également quelle pionnière Paula M. Becker fut dans sa pratique de la peinture : peignant des autoportraits nue ou enceinte, représentant des femmes concentrées, absorbées dans leurs pensées, ou simplement présentes au monde. Une représentation en rupture avec les canons de l’époque : « Pas de sens ajouté. Pas d’innocence perdue, pas de virginité bafouée, pas de sainte jetée aux fauves. Ni réserve ni fausse pudeur. Ni pure ni pute. Ici est une jeune fille : et déjà ces deux mots sont de trop, chargés de rêveries à la Rilke et de poésie masculine — “laissez-nous donc tranquilles !” » Le récit de Marie Darrieussecq est fort car féministe ; on imagine une sororité, une complicité intellectuelle et esthétique entre l’écrivaine et la peintre.

Une immersion dans le Paris de l’art moderne

Mais le livre est aussi très divertissant pour qui s’intéresse à l’art moderne et à l’ébullition artistique qui régnait à Paris en 1900. Dans Être ici est une splendeur, on croise Rainer Maria Rilke (Marie Darrieussecq développe dans des pages passionnantes quelle amitié amoureuse unit le poète et la peintre ; il composa d’ailleurs Requiem pour une amie en hommage à Paula M. Becker) ; il y est question de Rodin et de Cézanne, du galeriste Ambroise Vollard, du Salon d’Automne... L’exposition consacrée à Paula M. Becker est finie, et rien ne remplace une visite au musée, certes, mais avec Être ici est une splendeur, on réitère une pratique désormais commune : interrompre sa lecture pour aller sur Google Images observer les œuvres mentionnées, étoffer, nourrir l’immersion, et finalement compléter le magnifique portrait littéraire de Marie Darrieusecq par la découverte visuelle de l’œuvre de la peintre allemande. Une expérience de lecture réjouissante !

Également à lire sur le blog, une p'tite note sur Truismes de Marie Darrieussecq.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …