Accéder au contenu principal

Sporting Club, Emmanuel Villin

Sporting Club est le beau premier roman d’un ancien journaliste français au Proche-Orient, publié par Asphalte, l’éditeur « des fictions de la ville et des marges »... 

Couverture de Sporting Club d'Emmanuel Villin, pau aux éditions Asphalte

Une errance immobile

J’ai beaucoup aimé Sporting Club d’Emmanuel Villin. Le roman raconte l’histoire d’un homme désœuvré, occupant son temps à la piscine dudit Sporting Club, attendant désespérément que Camille, l’homme sur qui il tente d’écrire un livre, se rende disponible pour répondre à ses questions. La ville dans laquelle se passe cette sorte d’errance immobile n’est jamais nommée, mais c’est une ville côtière, méditerranéenne, chaude, envahie par les voitures, baignant dans un capharnaüm permanent. De graves événements s’y sont déroulés, probablement une guerre, et le narrateur assiste, en la déplorant, à une frénésie de reconstruction : « cette ville, en perpétuel chantier, qui s’entêtait à effacer toute trace de son passé. »  Du coup, notre homme, par ailleurs esthète et collectionneur, fréquente les derniers lieux de la ville où le temps semble s’être arrêté : le Sporting Club, le Musée national...

Éloge de la lenteur 

Ce qu’il y a de plaisant chez ce personnage, c’est son détachement, l’absence de volonté de diriger sa vie. On ne sait pas ce qui l’a fait venir dans cette ville où il reste étranger, sans travail et sans argent. Parfois l’oisiveté lui convient, parfois l’ennui et l’incertitude prennent le dessus. Emmanuel Villin semble nous poser la question : que peut-il arriver quand une vie est ainsi mise en suspend ? De quels menus événements est-elle faite ? Cette étonnante absence d’intrigue s’accompagne d’un style élégant, d’un sens de la formule, d’une intelligence discrète et d’une autodérision salvatrice. C’est donc un ton plus qu’une intrigue qu’on apprécie dans Sporting Club. Le petit regret, dans cette lecture particulièrement divertissante, c’est le dénouement plutôt conventionnel du roman. Elle me plaisait bien, à moi, cette simple présence dans un décor urbain captivant. En résumé, si vous avez un peu le goût de l’absurde en littérature et beaucoup celui du beau style, ce roman devrait vous plaire !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

Capitaine, d'Adrien Bosc [Récit d'un exil collectif]

Où nous est racontée la suite de l’épisode marseillais de la villa Air-Bel dans laquelle s'étaient réfugiés les surréalistes pendant la Deuxième Guerre mondiale…

Dans Capitaine, Adrien Bosc fait le récit de l’exil, en mars 1941, de plusieurs artistes et intellectuels français et étrangers en Amérique. Au départ de Marseille, ils embarquèrent sur le même cargo, le Capitaine Paul Lemerle. Parmi eux : André Breton, Anna Seghers, Claude Lévi-Strauss, Victor Serge, Wifredo Lam, Germaine Krull... Puis en Martique, à Port-au-Prince, où le bateau finit par arriver, l’écrivain nous raconte la rencontre de Breton avec Suzanne et Aimé Césaire...

Capitaine se situe quelque part entre le roman, l’enquête, le journal... L’auteur avance à tâtons dans cette période noire de notre histoire, questionnant les documents, supposant des rapprochements entre les individus, imaginant ce que furent ces journées jusqu’ici jamais racontées.

Un livre qui décrit bien l’arbitraire qui régnait alors. Chaque réfug…