Accéder au contenu principal

Sporting Club, Emmanuel Villin

Sporting Club est le beau premier roman d’un ancien journaliste français au Proche-Orient, publié par Asphalte, l’éditeur « des fictions de la ville et des marges »... 

Couverture de Sporting Club d'Emmanuel Villin, pau aux éditions Asphalte

Une errance immobile

J’ai beaucoup aimé Sporting Club d’Emmanuel Villin. Le roman raconte l’histoire d’un homme désœuvré, occupant son temps à la piscine dudit Sporting Club, attendant désespérément que Camille, l’homme sur qui il tente d’écrire un livre, se rende disponible pour répondre à ses questions. La ville dans laquelle se passe cette sorte d’errance immobile n’est jamais nommée, mais c’est une ville côtière, méditerranéenne, chaude, envahie par les voitures, baignant dans un capharnaüm permanent. De graves événements s’y sont déroulés, probablement une guerre, et le narrateur assiste, en la déplorant, à une frénésie de reconstruction : « cette ville, en perpétuel chantier, qui s’entêtait à effacer toute trace de son passé. »  Du coup, notre homme, par ailleurs esthète et collectionneur, fréquente les derniers lieux de la ville où le temps semble s’être arrêté : le Sporting Club, le Musée national...

Éloge de la lenteur 

Ce qu’il y a de plaisant chez ce personnage, c’est son détachement, l’absence de volonté de diriger sa vie. On ne sait pas ce qui l’a fait venir dans cette ville où il reste étranger, sans travail et sans argent. Parfois l’oisiveté lui convient, parfois l’ennui et l’incertitude prennent le dessus. Emmanuel Villin semble nous poser la question : que peut-il arriver quand une vie est ainsi mise en suspend ? De quels menus événements est-elle faite ? Cette étonnante absence d’intrigue s’accompagne d’un style élégant, d’un sens de la formule, d’une intelligence discrète et d’une autodérision salvatrice. C’est donc un ton plus qu’une intrigue qu’on apprécie dans Sporting Club. Le petit regret, dans cette lecture particulièrement divertissante, c’est le dénouement plutôt conventionnel du roman. Elle me plaisait bien, à moi, cette simple présence dans un décor urbain captivant. En résumé, si vous avez un peu le goût de l’absurde en littérature et beaucoup celui du beau style, ce roman devrait vous plaire !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…