Accéder au contenu principal

La Marche royale, Andreas Latzko

La Marche royale est un court roman de l’écrivain austro-hongrois Andreas Latzko (1876-1943). C’est Nathalie Eberhardt, coresponsable des éditions La dernière goutte qui en livre ici une belle traduction pour les lecteurs francophones (d’après une édition allemande parue en 1932). Qu’est-ce qui nous pousse à nous emparer d’un livre ? Une convergence de petites choses, j’imagine, par exemple l’admiration pour une maison d’édition et son travail de découverte de textes étrangers, contemporains ou classiques, parfois rares ou oubliés, toujours percutants.

La Marche royale d'Andreas Latzko
Le tisserand et le typographe

Le roman d’Andreas Latzko raconte l’histoire de Cesare Pasquali, un tisserand italien qui, de retour dans sa petite ville de Ligurie après la Première Guerre mondiale, est rejeté par ses concitoyens, car l’amputation de deux doigts l’a rendu inapte à exercer son métier. Nostalgique de l’accueil reçu en Autriche, dans le village où il avait été fait prisonnier, il décide de quitter son pays pour y retourner. Sur sa route, à Gênes, il fait la rencontre d’un typographe autrichien qui deviendra vite son plus précieux ami.

Bonheur de l'amitié

On assiste donc dans La Marche royale à la naissance d’une amitié basée sur une reconnaissance mutuelle et un destin similaire, puisque le tisserand et le typographe sont tous deux éclopés et réprouvés par les leurs. Au départ, une entraide, un premier repas — frugal — scelle leur amitié : le typographe possède un quignon de pain qu’il propose de « partager avec Pasquali en bon camarade », alors que ce dernier errait, démuni, dans les rues de Gênes. Dans leur alliance, l’un est savant, l’autre est fort. Une fraternité et une tendresse réciproques vont même rendre possible l’élaboration d’un projet commun...

Malheur de l'exaltation patriotique 

Mais comme je vous le disais en introduction, les éditions La dernière goutte proposent des textes percutants et La Marche royale ne déroge pas à cette ligne. Dans son récit, Andreas Latzko sonde également les élans propres aux émotions collectives et à l’exaltation patriotique (La Marche royale fut à l’époque l’hymne national du Royaume d’Italie). Le texte prend petit à petit la forme d’un conte, dont l’histoire — édifiante — dénonce la haine engendrée par le nationalisme. La Marche royale est un texte marquant, à lire après cette période éprouvante d’élections dont nous sommes parfois sortis contrariés par nos disputes, et où par ailleurs nous avons vu s’exprimer ces élans nationalistes nauséabonds.

Plaisir du texte 

Enfin, la lecture du livre d’Andreas Latzko offre exactement ce qu’on espère d’un roman en l’ouvrant : le plaisir du texte qui nous emporte vers des horizons lointains, une autre époque, un autre pays ; une immersion immédiate au cœur de l’histoire, grâce sans doute à un style ciselé, concis, efficace, et à une traduction le mettant en valeur. Comme quoi, un texte court peut lui aussi posséder un souffle romanesque assez vigoureux pour nous arracher à notre fauteuil !

Bonne lecture !

Extrait 

Pour la première fois de sa vie, Pasquali se trouva totalement seul face au terrible dénuement. L’indifférence des hommes se dressait autour de lui comme un mur de pierre. Au mont Grappa, il avait passé bien des nuits à croupir sous la pluie, sans la moindre bâche sous laquelle pouvoir s’abriter, mais ils étaient alors des milliers blottis les uns contre les autres, tout aussi délaissés par Dieu qu’il l’était. Ce qui lui arrivait à présent était incommensurablement dégradant ; pourquoi fallait-il qu’il n’y ait que lui, précisément lui et lui seul qui, dans des nippes complètement détrempées, les pieds écorchés par une marche de trois jours, soit condamné à vagabonder dans les rues en tête-à-tête avec sa faim, sous les insultes de chaque fenêtre éclairée ? Des rideaux de fer s’abattirent avec fracas. Des portes-cochères claquèrent devant son nez, on l’enferma dehors comme un chien errant.

Auteur : Andreas Latzko
Traduction : Nathalie Eberhardt
Édition : La dernière goutte, 2017

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. En effet, à la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup…

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Total Khéops, Jean-Claude Izzo

Total Khéops(éditions Folio), le premier tome de La TrilogieFabio Montale (Chourmo et Solea suivent), est un polar publié en 1995, écrit par l’auteur marseillais Jean-Claude Izzo, disparu prématurément en 2000. Fabio Montale, le personnage principal, est flic. Mais pas de ceux à qui on confie les grosses affaires de banditisme, non, lui est affecté au maintien de l’ordre dans les quartiers Nord de Marseille, à la Brigade de Surveillance de Secteurs. Considéré par ses collègues comme un « flic dangereux », car plus proche de la posture d’un éducateur que de celle d’un flic, il a accepté avec résignation cette relégation. Mais les choses vont changer le jour où son ami d’enfance – Ugo – revient à Marseille pour venger la mort de leur ami commun Manu, tué dans des circonstances obscures.



Une galerie de portraits Avec Total Khéops, Jean-Claude Izzo nous offre un beau portrait de flic désabusé, solitaire, hanté par les absents, mais entouré d’amitiés féminines bienveillantes. Fabio Montal…