Accéder au contenu principal

Inflammation, d'Éric Maneval [Un polar ésotérique palpitant]

Inflammation d’Éric Maneval (éditions La Manufacture de livres, 10/18) est un polar ésotérique palpitant et envoutant qui risque de vous tenir éveillé jusqu’à la dernière ligne.

Une disparition

Le roman raconte l’histoire de la disparition d’une femme, Liz, épouse de Jean, et mère de Lucie et Clément. La famille était heureuse jusqu’au jour où Liz s’enfuit en voiture sous une pluie battante, laissant Jean désemparé et pourtant sûr d’une chose : elle ne reviendra pas. Une période de deuil, mais aussi de doute, de vulnérabilité et d’incertitude commence pour lui. Tiraillé entre le désir de comprendre pourquoi sa femme a disparu, et la nécessité de continuer à vivre pour ses enfants, il avance sur des sables mouvants, douloureusement, pour tenter d’obtenir des réponses à ses questions.

Inquiétude et paranoïa

Éric Maneval réussit à installer un suspense redoutable dans son roman, en même temps qu’il tisse un univers fort inquiétant, dans lequel son personnage principal va être amené à côtoyer des savants fous adeptes d’alchimie, une ancienne amante devenue voyante, un flic spécialisé dans l’occultisme… Bon, je vous rassure, il est aussi question d’amour filial, d’amitié, de fraternité, de café et de cigarettes partagés sous une pergola. Et tout ceci est écrit dans un beau style, calme et sensible, qui donne une impression de maîtrise et une efficacité au texte qui embarque le lecteur.

Éric Maneval, romancier marseillais

Enfin, petite anecdote pour terminer : c’est le libraire de la bouquinerie marseillaise Solus Locus, Éric Maneval, qui a écrit ce livre. Et bonne nouvelle, une suite va paraître. En attendant, l'édition en poche d'Inflammation vient de sortir ! Bonne lecture.

Auteur : Éric Maneval
Édition : La Manufacture de livres, 2016
10/18, 2017

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.