Accéder au contenu principal

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre [De la survie dans l’après-Première Guerre]

Au revoir là-haut aura été un immense plaisir de lecture. Trois ans après son prix Goncourt, et dans la perspective de voir au cinéma son adaptation, je l’ai acheté à la (superbe) Librairie Passages, à Lyon, parce que sa couverture illustrée par le bédéiste Christian de Metter me plaisait particulièrement.


Un écrivain populaire

De Pierre Lemaitre, j’avais entendu dire qu’il écrivait des romans populaires, et allez savoir pourquoi ça avait plutôt éveillé ma méfiance que ma curiosité. Sur cette question, l’écrivain a déclaré l’autre jour à la radio (émission Boomerang) : « le roman populaire est un roman qui n’exclut personne. » Ça ne mange pas de pain... 

Une double intrigue

Bref, mes tergiversations se sont vite envolées à la lecture des premières pages d’Au revoir là-haut. On est embarqué dans ce roman de l’après-Première Guerre mondiale aux côtés de deux anciens poilus - Albert Maillard et Édouard Péricourt - qui vont tenter de survivre à Paris, dans un pays où le sentiment national est exacerbé, mais où les gueules cassées et les trumatisés de la guerre doivent désormais se débrouiller seuls. Une intrigue parallèle est développée de main de maître par l’écrivain, qui implique un capitaine (Henri d’Aulnay Pradelle) bien décidé à redorer le blason de sa famille aristocrate déchue, et ceci par tous les moyens...

Les gentils et le méchant 

En résumé, on a affaire à des personnages bien campés, appartenant à des classes sociales distinctes, où l’amitié d’une part, et l’avarice d’autre part constituent les principaux moteurs. On soutient passionnément les gentils et on voudrait voir tomber le méchant. Évidement, tout n’est pas si simple, mais la réalité charriant son lot de déterminismes et de conditionnements, aujourd’hui comme hier, Pierre Lemaitre joue précisément avec ces frontières sociales, avec ces lignes qu’on n’ose pas franchir ou qu’au contraire on domine, du haut de son piédestal. Et le résultat est assez jubilatoire. 

Des peurs et des larmes 

Enfin, je voudrais me souvenir du personnage d’Albert Maillard. De ses larmes, de ses peurs, qui en font quasiment un personnage comique, dans lequel on imagine bien l'acteur Albert Dupontel se glisser. Albert, c’est le perdant type, le gars qui a peur de son ombre, et pourtant...

Une gourmandise de 600 pages

Au revoir là-haut est un grand roman populaire, donc. Mais dont le rythme trépidant, la propension à être un page turner, ne sacrifient rien au style. La construction est parfaite, de brèves ellipses séparent des chapitres courts qu’on dévore avec empressement. L’écriture est nette et précise, sans fioritures. Et bonne nouvelle, les éditions Albin Michel  viennent de publier Couleurs de l’incendie, que Pierre Lemaitre aurait conçu comme le deuxième volet d’une trilogie. L’aventure continue !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…